• Nouvel an … mes résolutions

    Tous nos vœux de bonheur et santé pour 2018
    Le Formathon a besoin de vous … pour la sienne ! Je me forme et m'inscris ici !
  • Noël au balcon

    Prolongez les douceurs de cette fin d'année
    Projetez-vous au printemps de la FMC : Pâques … au Formathon
  • Tarif réduit jusqu'au 25/2

    Oui ! Vous avez tout compris :
    Plus TÔT, moins CHER, plus de CHOIX !
    What else ?
  • Accueil
  • Découverte d'une ou plusieurs adénopathies cervicales.

Découverte d'une ou plusieurs adénopathies cervicales.

Tuméfactions cervicales de l’adulte.

Dr E.Bartaire, ORL, Dr N.Baclet, infectiologie, Dr L.Pascal, hématologie

Hôpital Saint-Vincent de Paul, Lille

 

Les tuméfactions cervicales de l’adulte recouvrent des pathologies très variées et très variables dans leur gravité. L’orientation diagnostique est un enjeu majeur et souvent difficile. Les adénomégalies sont les plus fréquentes et parmi elles les pathologies inflammatoires bénignes  suivies des lymphomes, mais les pathologies en rapport avec les tumeurs solides sont plus fréquentes quand l’âge augmente1. L’interrogatoire recherche tout d’abord particulièrement les antécédents addictologiques, de maladies de système, de néoplasie et le statut vaccinal. L’interrogatoire recherchera en particuliers la durée d’évolution, les circonstances d’apparition, le métier, les voyages récents, les toxicomanies, les rapports sexuels à risque, une altération de l’état général, des sueurs nocturnes, les signes ORL associés, les histoires dentaires… L’examen physique doit être complet mais nécessite un examen ORL et pulmonaire attentif (l’examen buccal peut être très contributif!), la palpation cervicale précise les caractéristiques des tuméfactions et recherche des adénopathies dans les autres territoires ganglionnaires.

Lorsque la tuméfaction correspond à une adénopathie manifestement métastatique, un examen ORL et une panendoscopie associée à une tomodensitométrie doivent être réalisés, dans le cas d’une adénopathie non suspecte d’une métastase de tumeur solide, les examen inflammatoires (NFS, VS, CRP), l’IDR éventuellement et la radiographie du thorax guident vers une pathologie hématologique ou orientent vers des sérologies(VIH, EBV, CMV, VDRL, TPHA, toxoplasmose…), ce bilan peut aboutir à une exploration ganglionnaire cervicale avec examen ex temporane2.

L’échographie peut être utile à certains diagnostics (indiscutable pour la thyroïde, très opérateur-dépendant pour les critères de cancérologie)3 et permet de guider les cytoponctions éventuelles4–7. La tomodensitométrie permet le diagnostic différentiel des adénopathies, permet d’évaluer l’évolution loco-régionale des tumeurs et permet de localiser les adénopathies, notamment en cas d’exploration chirurgicale8. L’IRM est l’examen de référence pour les glandes salivaires et est utile pour les diagnostic différentiels des adénopathies9,10. La TEP a un intérêt dans les pathologies cancéreuses11 et le suivi des mycobactéries12.

L’adénectomie diagnostique doit s’accompagner au moindre doute d’examen ex temporane pour pouvoir convertir en évidement ganglionnaire13–15. Elle permet parfois d’apporter la confirmation diagnostique, notamment en cas de lymphomes et apporte parfois le germe (ex tuberculose).

D’un point de vue nosologique, on pourra distinguer :

- les fausses tuméfactions cervicales

  • bulbe carotidien
  • os hyoïde
  • atlas
  • côtes cervicales

- les tuméfactions cervicales médianes

  • kystes du tractus thyréoglosse
  • kystes dermoïdes
  • lésions du corps de la thyroïde
  • lésions laryngées

- les tuméfactions cervicales latérales :

  • kystes et fistules : origine branchiale, laryngocèle et diverticule de Zencker
  • origine salivaire : tumeurs, lithiases, sialites et sialoses
  • tumeurs : neurinomes, lipomes
  • origine vasculaire: anévrysmes, paragangliomes
  • pathologies thyroïdiennes : nodules, goîtres, tumeurs
  • adénopathies

      métastatiques : VADS, cutanés, thyroïdiens, Troisier...

      lymphomes : hodgkininens, non hodgkininens T ou B...

      infectieuses : elles sont multiples et de présentations parfois très différentes : toxoplasmose, MNI et EBV sont les plus fréquentes, puis viennent le VIH et la tuberculose (et mycobactéries atypiques), dans les causes plus rares ont notera la maladie des griffes du chat ou de Lyme, la syphillis, la maladie de Nicolas Favre puis la tularémie, la leptospirose ou la rubéole2. On n’oubliera pas les adénopathies réactionnelles aiguës aux foyers infectieux ORL et dentaires pouvant conduire à des adénophlegmons et des infections des tissus mous.

      Inflammatoires et auto-immunes : sarcoïdose, polyarthrite rhumatoïde, lupus, maladie de Still ou de Castelman, de Kimura, syndrome de Kikuchi…

 

L’orientation diagnostique des tuméfactions cervicales dépend d’indices parfois discrets. En cas d’absence d’éléments d’orientation, la prise en charge multidisciplinaire, notamment ORL, infectiologique et hématologique nous paraît indispensable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


1. Al B, @bullet K, Hristov H, @bullet P, Schick B, Knöbber D. Cervical lymphadenopathy: study of 251 patients. 2014.

2. Couloigner V, Fléjou J-F, Panfon B, Pessey J-J, Pruvo J-P, Stahl J-P. Recommandation Pour La Pratique Clinique: Adénopathies Cervicales Chroniques de L’adulte.; 2010.

3. Ahuja AT, Ying M, Ho SY, et al. Ultrasound of malignant cervical lymph nodes. Cancer Imaging. 2008;8(1):48-56.

4. Bandoh N, Goto T, Akahane T, et al. Diagnostic value of liquid-based cytology with fine needle aspiration specimens for cervical lymphadenopathy. Diagn Cytopathol. 2016;44(3):169-176.

5. Steel BL, Schwartz MR, Ramzy I. Fine needle aspiration biopsy in the diagnosis of lymphadenopathy in 1,103 patients. Role, limitations and analysis of diagnostic pitfalls. Acta Cytol. 39(1):76-81.

6. Göret CC, Göret NE, Özdemir ZT, et al. Diagnostic value of fine needle aspiration biopsy in non-thyroidal head and neck lesions: a retrospective study of 866 aspiration materials. Int J Clin Exp Pathol. 2015;8(8):8709-8716.

7. Mayall F, Darlington A, Harrison B, Mayall FG. Fine needle aspiration cytology in the diagnosis of uncommon types of lymphoma. J Clin Pathol. 2003;56:821-825.

8. Castelijns JA, van den Brekel MW. Imaging of lymphadenopathy in the neck. Eur Radiol. 2002;12(4):727-738.

9. Si J, Huang S, Shi H, et al. Usefulness of 3T diffusion-weighted MRI for discrimination of reactive and metastatic cervical lymph nodes in patients with oral squamous cell carcinoma: a pilot study. Dentomaxillofac Radiol. 2014;43(3):20130202.

10. Fruehwald-Pallamar J, Hesselink J, Mafee M, Holzer-Fruehwald L, Czerny C, Mayerhoefer M. Texture-Based Analysis of 100 MR Examinations of Head and Neck Tumors – Is It Possible to Discriminate Between Benign and Malignant Masses in a Multicenter Trial? RöFo - Fortschritte auf dem Gebiet der Röntgenstrahlen und der Bildgeb Verfahren. 2015;188(2):195-202.

11. Sekine T, de Galiza Barbosa F, Kuhn FP, et al. PET+MR versus PET/CT in the initial staging of head and neck cancer, using a trimodality PET/CT+MR system. Clin Imaging. 2017;42:232-239.

12. Gambhir S, Ravina M, Rangan K, Dixit M, Barai S, Bomanji J. Imaging in extrapulmonary tuberculosis. Int J Infect Dis. 2016;0(0).

13. de Raucourt, D; Moriniere, S; Couloigner VST. Recommandation Pour La Pratique Clinique: Bilan Préthérapeutique Des Carcinomes Épidermoïdes Des VADS.; 2014.

14. McGuirt WF, McCabe BF. Significance of node biopsy before definitive treatment of cervical metastatic carcinoma. Laryngoscope. 1978;88(4):594-597.

15.             Pfister DG, Ang K-K, Brizel DM, et al. Head and neck cancers, version 2.2013. Featured updates to the NCCN guidelines. J Natl Compr Canc Netw. 2013;11(8):917-923.


 

Identification avant inscription

Avec votre adresse mail et mot de passe
L'inscription sera plus rapide
Lire la suite

Editorial du Formathon 2018

30 ans déjà …
Petit historique ici !
Lire la suite